Une histoire d'établi...

C'est bien beau d'avoir un garage pour bricoler, il n'en reste pas moins que dès qu'on commence à le remplir comme un oeuf,
il devient difficile de trouver ce que l'on cherche.
Accessoirement, c'est de la surface de travail que je cherche en général,
quand ce n'est pas le carton qui est derrière mon établi constitué d'une planche et deux tréteaux, et là, c'est un vrai bonheur de tout bouger....

Il fallait prendre le toureau par les cornes, ce que j'ai fait.
J'ai décidé de mener à bien un projet que j'ai dans les cartons depuis quelques temps : me construire un établi sur mesure avec 2 critères très importants :

1 : qu'il soit monté sur roulettes afin de pouvoir le déplacer facilement dans le garage.
2 : qu'il soit assez grand pour permettre le rangement de mon tour à bois.

Vu le tarif des établis (certes en vrai bois) que j’ai pu trouver dans le commerce, j’ai fait ma liste de courses chez brico.
J’en ai ramené 3 plateaux en aggloméré, 3 poutres en sapin, une brassée de tasseaux en pin, des tourillons, et 4 roulettes.
Il ne me reste plus qu’à assembler tout ce beau monde selon les plans que j’ai tracés…

La première étape a consisté à couper les bastaings aux bonnes dimensions, en gérant au mieux les chutes.
Ensuite, vient le temps des premiers essais à blanc, histoire de vérifier que je ne me suis pas planté dans les calculs et les découpes.


Ca, ce sont les morceaux de bois déjà coupés qui attendent leur tour...


Comme je n'ai pas énormément de temps pour faire les assemblages dans les règles de l'art (tenons et mortaises),
j'ai pris l'option de faire un assemblage par tourillons.


Et pour que ça tienne bien , j'ai mis 4 tourillons par jonction, ils font 5 cm de long, donc 2.5 cm dans chaque section,
c'est largement suffisant.


Ce sont quand même des tourillons de 10mm, Ca devrait tenir.
Pour info, les poteaux qui vont supporter la charge sont de section carrée 10x10 cm.


Bon, jouer à blanc, ça va bien deux secondes mais il faut passer aux choses sérieuses.
Je colle donc successivement les deux échelles de l'établi.
La partie haute est une chute en 10x10, et les deux autres sont en 6x7.


Puis au tour du premier niveau qui va supporter le plateau supérieur.
Cette ceinture qui va supporter le plateau supérieure est faîte pour les longerons avec des tasseaux de 6x7 cm,
et la jonction centrale est une chute des poteaux en 10x10. Il faut optimiser les chutes pour optimiser le coût.
Les assemblages se font toujours avec des tourillons plus collage.
Je n'ai pas pris de photo mais j'ai utilisé pour les assemblages des ceintures intermédiaires des tourillons de 14mm de diamètre,
par contre, il n'y en a qu'un par jonction.


Jecontinue avec le deuxième niveau dont la charge sera plus light.
Pour cette raison, les tasseaux de support sont également de section plus faible. Ils font 4x5 cm.


Et enfin le niveau du bas qui va accueillir le tour, donc 3 renforts, mais je n'ai pas de photo de cette étape.
On est toujours en 4x5 cm pour la taille des tasseaux.
Ensuite, c'est la découpe à mesure et la mise en place des plateaux sur les étages intermédiaires, puis la mise en place des roulettes.
Les planches qui ont servi à faire le plateau du bas sont en fait issues des chutes de la découpe des plateaux du dessus (économie et optimisation).


On remarque d'ailleurs sur cette photo les renforts de l'étage du bas...


Les planches que j'ai achetées pour les plateaux sont en 92,5 cm de large,.
Je les ramènent à 80 cm, ce qui est déjà beaucoup plus que les dimensions courantes...


Maintenant que ma structure est mobile, je peux fixer le plateau de travail composé de deux épaisseurs.
La première épaisseur est solidement vissée à la structure, dont au niveau de chaque pied 2 vis de 10 cm de long, va pas bouger le plateau :)
Je visse également abondamment le plateau à la ceinture de soutien pour avoir une meilleure rigidité de l'ensemble.
Les plateaux intermédiaires ont été vissés avec le même soin, on le voit sur les photos suivantes.
Les trous des vis sont fraisés pour que les vis affleurent, et je finis le vissage à la main pour ne pas foirer le bois.


Le deuxième plateau est collé sous pression au premier, et maintenu par 4 tourillons pour éviter les glissements lors du collage...
J'ai pris ce que j'avais de disponible rapidement sous la main pour faire du lourd, je vous laisse faire l'inventaire...
Au fait, contrairement à ce que la photo peut laisser supposer, les bastaings sont bien droits, c'est l'effet du grand angle qui arrondit...


Pour le moment, j'y ai consacré un dimanche après-midi entier, plus 1/2 heure chaque soir de la semaine pour la mise en colle,
puis 24 h de séchage sous pression à chaque fois...
Pour les observateurs, et je sais qu'il y en a, c'est normal que le plateau ne soit pas fixé de façon symétrique sur le chassis,
il déborde de 19 cm sur la gauche et seulement 5 sur la droite...c'est voulu, vous aurez l'explication un peu plus tard...
Et je prévois d'ores et déjà l'emplacement d'une presse future...

Autre astuce, pour ne pas avoir à déplacer le petit établi workmate d'appoint à chaque fois,
il suffit de le fixer sur l'établi en prenant le plateau de ce dernier dans les machoires du premier.
D'ailleurs, sa future place sera très certainement non pas sur le côté (j'ai d'autres projets de ce côté là) mais plutôt en face de la zone de travail,
ça me fera par la même occasion une planche verticale sur le fond de la zone de travail...


Quand on passe de l'autre côté de l'établi, on retrouve caché au rez de chaussée mon fameux tour (et oui, cahier des charges...)



Quelques photos en vrac sous différentes coutures, notez l'utilisaton maximale de la structure, très pratique pour fixer ma règle par exemple...




Un plateau épais en aggloméré, c'est costaud, mais c'est par beau, ni agréable.
J'ai donc choisi un habillage qui soit facile à poser, facile à changer, esthétique, agréable pour travailler et accessoirement pas cher.
Mon choix s'est tourné vers du parquet flottant stratifié premier prix couleur hêtre.
Il est vissé sur les plateaux en agglo pour ne pas bouger.



Et comme c'est un établi pratique et économique, je recycle les chutes.


Dans la famille des options qui facilitent la vie, je demande le range tréteaux.
Plutôt que devoir les bouger à chaque fois qu'ils me dérangent, et c'est régulier, j'ai décidé de les intégrer à l'établi, sur le côté gauche.



Pour être sûr qu'ils ne bougeront pas, il suffit de mettre une goupille, ou les coincer avec le wollcraft...



La mise en place est très simple : 2 équerres de récupération et 6 vis, le tout positionné au bon endroit....

Sur la photo du dessus, on voit très bien une épaisseur de couleur grise au niveau du plateau de l'établi :
il s'agit de la sous couche en espèce de mousse du parquet premier prix.
Je l'avais laissée lors de la pose du parquet en me disant que ça aller amortir les chocs...Très mauvaise idée.
En effet à l'endroit des vis, la mousse s'écrase un peu ce qui fait que le plateau gondole un peu.
J'ai donc pris un ciseau à bois dédié à ce genre d'opération, et j'ai viré cette couche de mousse, c'est bien mieux ainsi...
Cette petite modification m'a permis de mener à terme ma première option de l'établi...

La première option consiste à exploiter le côté droit de l'établi, celui dont le plateau ne dépasse que de 5 cm de la structure...

Première étape, fixer à la bonne hauteur (très important) deuxcrémaillères sur les poteaux latéraux.
Il faut être extrèmement précis sur la hauteur de fixation de ces crémaillères.
Pour arriver à mes fins, j'ai tuilisé des serre-joints "une-main" pour maintenir en place mes crémaillères au moment de la fixation.
Puis, vissage avec de grosses vis à tous les emplacements possibles.


Puis, sur la plaque reconstituée avec les chutes d'aggloméré et de parquet, je fixe de solides consoles, très solides...Elles font 50 cm de long.


La suite vous la devinez, je peux fixer cette planche sur les échelles, en bas...Ou alors en haut...



Ou bien sur deux crans bien précis qui vont me permettre de mettre ma table à défoncer,
exactement dans le prolongement de l'établi (pour les pièces longues par exemple).
C'est pour cette utilisation que j'ai pris beaucoup de temps pour fixer soigneusement les crémaillères à la bonne hauteur.



Ainsi, le plateau de la table à défoncer comme l'établi sont parfaitement dans la continuité l'un de l'autre.
Je suis assez content de mon travail d'alignement...
Pour ceux qui m'ont posé la question, ce n'est donc pas une question de chance ou de hasard ;)




L'option 2 réside dans la fixation d'autres crémaillèreses, mais cette fois-ci côté face avant de l'établi.


Sur le même principe, je vais pouvoir fixer dessus desconsoles amovibles, à la hauteur que je souhaite.
Cette configuration va me permettre, par exemple, d'y poser mon tour, à la hauteur de travail que je veux...


Bien, j'ai pris un peu de temps pour contre coller deux planches d'aggloméré qui vont me servir de support pour le tour.
Je peux donc mettre cette planche tout en haut.


Mais également plus bas,


Mais surtout à la hauteur que je souhaite pour mon tour.



Ainsi, plus facile d'usiner des pièces à l'Iceladette,


Vous êtes nombreux à vouloir en savoir plus sur cet établi, notamment ses dimensions.
Voici donc quelques éléments de réponse.
Le plateau du dessus mesure 81 cm de profondeur, sur 1m81 de large sur 45 mm d'épaisseur.
Les plateaux intermédiaires mesurent 64 cm de profondeur sur 1m38 de large et font 22mm d'épaisseur
Les poteaux qui supportent l'établi sont carrés de section 10x10 cm.
La ceinture sui supporte le plateau est faite avec des tasseaux de 7x6 cm.
La hauteur utile du plateau du bas est de 37 cm, et celle du plateau du haut est de 20 cm.
Le plateau est décalé vers la gauche par rapport à la ceinture qui le supporte, avec 19 cm de décalage vers la gauche, il ne reste donc plus que 5 cm vers la droite.
Pour finir, l'établi est monté sur des roulettes de diamètre 7cm qui mettent le bas de la structure à 12 cm du sol.
Je vais repréciser dans les phases dela construction de l'établi ces différentes données, et je vais faire un schéma pour préciser les cotes.
Les dimensions de l'établi n'ont pas été entièrement dictées par les plans que j'avais fait,
j'ai modifié les cotes en fonction de la taille des matériaux que j'aipu trouver.

Une nouvelle option pour l'établi

Pour commencer, je visse des tasseaux sur le niveau inférieur de l'établi.
Ils recoivent la partie femelle d'un axe de glissière.


Je fixe la partie mâle de la glissière sur un plateau.


Ensuite je mets l'ensemble en place sur l'établi.


Il ne reste plus qu'à poser ma caisse à outils dessus.


Je peux ainsi la sortir facilement


Et accéder à son contenu rapidement


Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés